What else ?

Posted by alex 2 Comments
>

Nombre d’articles ont été rédigés à son sujet.

Impossible d’échapper à la très médiatique BabyNes.

Mais peut-être est-ce votre cas ?

613 grammes vous propose donc de revenir en détails sur la sortie de cette ‘Nespresso pour biberons’.

Mais avant toute chose et afin de couper court à toute polémique, soulevons un point essentiel, à savoir :

Est-il préférable de donner le sein à son enfant ?

Sans aucun doute.

Et Nestlé ne manque pas de le préciser sur l’ensemble des supports de communication liés à la BabyNes.

‘L’allaitement est idéal pour votre enfant. L’Organisation Mondiale de la Santé [O.M.S.] recommande un allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois et de compléter son alimentation par un régime approprié, si possible, jusqu’à ses deux ans révolus’.

Est-il possible, en France, de renoncer à allaiter sans subir remarques et pressions ?

De moins en moins.

Mais n’oublions pas que pour ces mères qui font le choix de ne pas allaiter pour des raisons qui leur appartiennent [ou parce qu'elles n'ont tout simplement pas eu le choix à la maternité], s’en suit une véritable prise de décision quant au lait en poudre qui saura le mieux convenir à son enfant. Et ce n’est pas toujours simple.

Force est de constater que Nestlé bénéficie en la matière d’une certaine expertise. Le Figaro précisait d’ailleurs dans son article daté du 30 août 2012 :

‘Numéro un mondial de la nutrition infantile, le groupe suisse, qui a inventé le lait en poudre il y a plus d’un siècle, connaît bien ce secteur. Il a récemment renforcé son leadership par l’acquisition de Wyeth’.

En effet, [pour la petite histoire], c’est un pharmacien suisse, Henri Nestlé, qui a inventé et commercialisé, en 1866, dans la petite ville de Vevey, une farine lactée destinée aux bébés.

Nous sommes à la fin du XIXe siècle, dans une Europe bouleversée par la révolution industrielle et l’exode rural.

Henri Nestlé veut créer, dit-il, ‘l’aliment parfait’ pour les tout petits dans un monde et une époque où la mortalité infantile reste très élevée. Cet ‘aliment parfait’ dont rêvait Henri Nestlé, cet ‘aliment idéal’ que prône l’OMS, c’est le lait maternel.

D’ailleurs, quand Henri Nestlé invente sa farine lactée, il la définit non pas comme un substitut au lait maternel, mais comme un complément à celui-ci.

Même si, ces dernières années, le taux d’enfants nourris au sein à la naissance progresse, certaines femmes ne désirent pas allaiter, d’autres découvriront à la naissance qu’elle ne pourront pas allaiter. Enfin, certaines devront écourter, pour diverses raisons, cette période.

C’est à ces mères que s’adresse la BabyNes, qualifiée de solution nutritionnelle évolutive.

En Suisse, un an après son lancement, la BabyNes rencontre un certain succès. Le niveau de satisfaction des utilisateurs se situe à 9, 2 sur une échelle de 1 à 10.

Qu’en sera-t-il de la France ?

La machine est plutôt jolie et bien pensée.

Vous pouvez utiliser tout type de biberons grâce au plateau qui se règle en terme de hauteur.

Le bouton-thermostat permet de choisir la température du lait.

J’ai eu la chance de pouvoir donner des biberons à température ambiante à ‘petite chose’ mais ce n’est pas toujours le cas. Cette fonctionnalité peut donc s’avérer rassurante.

Personnellement, je n’ai jamais ‘souffert’ de devoir compter les doses de lait de jour ou de nuit.

Ça faisait même limite partie du ‘folklore’ qui va avec la naissance d’un enfant et des premiers échanges complices avec les autres parents étant passés par là.

Mais voilà, d’autres en gardent de moins bons souvenirs. Notamment les pères.

D’où le système de dosettes clairement innovant.

La capsule a trois fonctions essentielles :
> Préparer un biberon contenant la quantité de formule infantile correspondant à l’âge et aux besoins de l’enfant.
> Conserver les propriétés nutritionnelles de la préparation et la protéger de toute contamination extérieure, grâce à son conditionnement hermétique.
> Filtrer l’eau grâce à l’unité de filtration contenue dans chaque capsule.

Cette machine a un prix (199 euros) auquel il faut ajouter le prix des capsules (environ 40 euros la boîte de 26 capsules).

Est-ce que c’est abordable pour quiconque ?

Non, bien sûr. Mais c’est comme tout.

Plus gênant est le mode de distribution sélectif, compensé par un site BabyNes de vente en ligne qui livre, pour une commande d’au moins deux boîtes de capsules, en 48h (livraison standard), ou en 24h (livraison rapide).

Pour finir, je ne peux m’empêcher de m’adresser aux équipes en charge de l’innovation BabyNes chez Nestlé :

‘Merci par avance de solliciter Georges pour le prochain spot publicitaire’.

Oui, je vous l’accorde, ce n’est pas gagné.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.babynes.fr

Share

2 Responses to ‘What else ?’

  1. allaitement dit :

    Personnellement, cette machine ne me sert encore à rien, du moins pour l’instant, car vous avez bien raison, rien ne vaut le lait maternel!

    Jess

  2. 613 grammes dit :

    Encore une fois, chaque parcours est unique. Et même si ‘rien ne vaut le lait maternel’, heureusement que des alternatives existent.
    Je vous souhaite de pouvoir allaiter aussi longtemps que vous le désirerez, Jess.
    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>